Trois-Ponts

Le territoire couvert par le Syndicat d'initiative régional des TROIS FRONTIERES " compte 24 villages frontaliers belges, de la Meuse aux Hautes Fagnes, de part et d'autre du point des Trois Bornes, à la limite de la Belgique, de l'Allemagne et des Pays-Bas . Environ 50.000 habitants répartis sur 263 km² habitent cette contrée au carrefour des trois langues nationales reconnues en Belgique et qui se partagent officiellement son territoire. Sa frange ouest est la commune de Fourons qu'il n'est plus nécessaire de situer ; au centre, les communes de Plombières et Welkenraedt appartiennent à la Communauté Française tandis qu'à l'est se situent les communes germanophones de La Calamine, Lontzen, Raeren et le village de Kettenis (Eupen).

Indépendamment de ces divisions administratives auxquelles la population ne fut pas conviée, la contrée ne connaît qu'un seul dialecte, le francique rhéno-mosan, plus communément désigné sous le vocable " platdutch ", un dialecte germanique, aux accents plus mosans à Mouland et plus ripuaires à Raeren, mais dont les caractéristiques propres lui confèrent une parfaite autonomie vis-à-vis notamment de l'allemand et du néerlandais.

Polyglotte de fait, la population a su mettre à profit sa situation de carrefour culturel pour accueillir dans leur langue les visiteurs de cette magnifique région.

Sur le plan agro-géographique, elle appartient au Pays de Herve (caractérisé par une forte dispersion de l'habitat) et plus précisément aux sous régions des " Terrasses mosanes " à l'ouest (couvertes de vergers), au " Krijtland " (avec ses pignons en pierre de silex) et à l' "Arrière Pays de Herve " au centre et, enfin, au " Pays de Moresnet " à l'est (à l'architecture caractérisée par l'usage de la pierre de Moresnet).

Les vallées de la Gueule, de l'Iter, de la Gulpe, du Foron (ou Voer) et de la Berwinne découpent harmonieusement le paysage. Les crêtes séparant ces rivières sont boisées.

FOURONS

Mouland ,Fouron le Comte, Fouron St Martin, Fouron St Pierre ,Teuven ,Remersdael

PLOMBIERES 

Gemmenich, Hombourg, Moresnet ,Montzen ,Plombières ,Sippenaeken

WELKENRAEDT 

Welkenraedt, Henri Chapelle

LA CALAMINE 

La Calamine ,Neu Moresnet, Hergenrath

LONTZEN 

Lontzen, Herbesthal, Walhorn

RAEREN 

Raeren ,Eynatten ,Hauset, Kettenis

Image hébergée par servimg.com

Un pont sur le Baleur , un pont sur la Salm et un pont sur l'Amblève sont à l'origine du nom de Trois-Ponts. Jusqu'en 1860 ,

Trois-Ponts n'est qu'un hameau d'une dizaine de maisons mais sa situation à la croisée des axes routiers en fait un lieu de passage privilégié. D'ailleurs , un relais de poste est attesté dans Trois-Ponts dès le XVIIIème siècle.

Quand aux villages des alentours, un des plus anciens serait celui de Bodeux dont l'existence est relatée dans un document de 882.

Une cour de basse justice y était d'ailleurs établie et de nombreux procès de sorcellerie y furent rendu , le dernier en 1616.

L'origine de Logbiermé est, elle, plus ancienne encore. Il semblerait que les Celtes en ait été les premiers habitants, d'où peut-être l'origine du nom "Logbiermé". Le village fut fort animé jusqu'au XIXème siècle, de part sa situation à la frontière de plusieurs territoires.

Le territoire de Trois-Ponts était aussi un passage obligé pour les pèlerins se rendant à Saint-Jacques de Compostelle en Espagne. Le village de Saint-Jacques aurait déjà comporté un édifice religieux vers le VIIème siècle.

Il faut noter que l'emblème de Trois-Ponts est d'ailleurs Saint-Jacques surmontant 2 coquillages.

En 1861 , la décision de construire une gare à Trois-Ponts va marquer le début de son essor. Les chantiers pour la construction des lignes Stavelot - Spa et Trois-Ponts - Trois-Vierges amènent la présence de dizaines d'ouvriers qui s'établissent au village. En quelques années, le village devient une localité importante dotée d'une infrastructure commerciale en pleine expansion. Au début du siècle, une foire au bétail se tenait 2 fois par mois et il n'était pas rare que s'y présente de 400 à 500 têtes de bétail!

Occupée durant les 2 conflits mondiaux, Trois-Ponts et ses alentours eurent également à souffrir durant la Bataille des Ardennes de décembre 1944 à janvier 1945. Durant cette offensive, de nombreux villageois furent massacrés par les troupes nazies.

Il faut attendre 1970 pour que soit créée la commune de Trois-Ponts en fusionnant celle de Fosse et celle de Wanne.

En 1975, Basse-Bodeux la rejoindra suivit l'année suivante d'une petite partie de celle de Stavelot.Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 
Voyage en Amérique Latine Publicité pour ton site et échange de bannières

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×