Clefaye

Clefaye

Sertie dans son écrin de forêts résineuses, la Fagne de Cléfaye se présente comme un polygone irrégulier dont le grand axe est orienté nord-sud. Comprise entre 580 m et 610 m d'altitude, elle s'étend à l'ouest du Bovel ( 660 m), et le sètchamp de Claire Faye en marque la limite occidentale.

 Le versant nord de la fagne, en pente vers la Helle, se trouve limité par les pessières et hêtraies de Eckel. Des enrésinements sur tourbe épaisse la bordent au nord-est et se continuent dans la vaste forêt de conifères qui couvre les flancs du Bovel et du Grand Hardt. D'autres plantations d'épicéas, sur forte épaisseur de tourbe, elles aussi, occupent le sud-est, dans le site de Leger, et le sud de la fagne, aux rives du Schwarzbach naissant. Beaucoup de ces plantations malencontreuses sont en cours de déboisement, dans le cadre du projet européen LIFE HAUTES FAGNES, dont le but est de restaurer un maximum de terrains tourbeux.

La végétation particulière de la tourbière active dessine par sa teinte plus sombre un vaste ovale qui s'inscrit sur plus de 17 ha au beau milieu du polygone de Clefaye; elle répond, en quelque sorte, à la tourbière de la Fagne Wallonne, dont elle n'est séparée que par les 500 m du sètchamp de Claire Faye.

La tourbière, édifiée au cours des millénaires, atteint 4,40 m d'épaisseur au creux du col, à 612 m d'altitude.

Certaines espèces de sphaignes sont communes aux deux fagnes, Clefaye et Fagne Wallonne: Sphagnum tenellum, S. imbricatum et S. palustre; en revanche S.fuscum est propre à Clefaye; c'est, du reste, une espèce franchement continentale. La grande abondance de camarines est, de même, tout à fait caractéristique. On peut encore repérer parmi les sphaignes, en plus des linaigrettes vaginées et à feuilles étroites, des bruyères quaternées, des andromèdes, des canneberges, des polytrics. On voit aussi des plages de myrtilles et de callunes où l'embruyèrement se marque davantage. On note encore des laîches à bec, des scirpes cespiteux et une fougère: le dryoptéris des chartreux. Sur le sol croît fréquemment le lichen Cladonia impexa.

C’est grâce aux « Amis de la Fagne », qui dans les années soixante ont « loué » » la Fagne de Cléfaye aux communes propriétaires, que ce joyau naturel est aujourd’hui Réserve naturelle, entre-temps devenue propriété domaniale. Ce sont aussi les équipes de bénévoles des « Amis de la Fagne » qui ont secondé à l’époque les « Eaux et Forêts », (aujourd’hui la DNF) pour procéder, dès 1975, à l'enlèvement systématique des semis naturels d'épicéas sur la tourbière active. Récemment encore (2005-2007), « Les Amis de la Fagne » ont débarrassé la partie sud-ouest de Cléfaye d’un grand nombre de semis éoliens d’épicéas. Image hébergée par servimg.com

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Voyage en Amérique Latine Publicité pour ton site et échange de bannières

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site