le francique

Francique

Historiquement le terme francique désigne la langue des Francs ou des régions peuplées par les Francs. Aujourd'hui, par extension, francique désigne certaines langues ou dialectes germaniques parlés en Allemagne, en France, au Luxembourg et en Belgique. Si historiquement "la" ou les langues franciques (des premiers Francs) font partie du sous-groupe linguistique dit bas-allemand, aujourd'hui le terme "francique" désigne des dialectes ayant des spécificités linguistiques propres à des régions ayant été peuplées de Francs, et aujourd'hui "francique" traduit aussi le terme allemand contemporain "fränkisch", de Franconie, région qui tire son nom des Francs, comme la France. Si les Francs des premiers siècles du premier millénaire parlaient des dialectes bas-allemands, Charlemagne et les siens parlaient des dialectes haut-allemands. Aujourd'hui les dialectes dits "franciques" sont aussi bien des dialectes bas-allemands, moyen-allemands que haut-allemands.

Signification historique du mot francique 

Autrefois 

Historiquement, les premiers Francs, bien avant Charlemagne, parlaient une ou des langues rattachées au groupe linguistique dit bas-allemand, groupe à l'origine du néerlandais entre autres. Ce francique-là, bas-allemand, n'avait sans doute pas de forme écrite. Les pays d'origine des Francs au temps de Clovis était le nord de la Belgique, région connue de nos jours comme la Flandre. En outre, ces Francs ne constituaient pas un peuple bien précis, par conséquent il devait y avoir plusieurs variantes linguistiques, soit des dialectes. La Flandre moderne connaît encore quatre dialectes bien distincts. Sous Charlemagne, les Francs s'étaient davantage répandus en Europe et les variantes linguistiques avaient déjà pris le pas sur ce qu'on allait appeler le bas-allemand, le moyen-allemand et le haut-allemand.

Dans les Serments de Strasbourg, datant de 842, peu après la mort de Charlemagne, le texte en theodisca lingua est rédigé dans un francique rhénan de l'époque, déjà rattaché au moyen-allemand sous-groupe du haut-allemand (Hochdeutsch). Ainsi le francique rhénan était la langue maternelle de Charlemagne, parce que cet empereur Franc avait vécu sur les terres rhénanes, et non parce que depuis l'origine les Francs auraient parlé le francique rhénan.

Par conséquent, déjà à l'époque carolingienne, le terme francique est une notion historique qui ne correspond pas à un groupe linguistique germanique unique, ni même à une zone géographique distincte.

Aujourd'hui en Europe 

Pour ces raisons historiques le terme francique est aujourd'hui utilisé pour désigner des langues mortes ou vivantes, appartenant aussi bien au groupe linguistique germanique dit bas-allemand qu'au groupe linguistique germanique dit haut-allemand. Le moyen-allemand et l'allemand supérieur constituent des sous-groupes du haut-allemand.

On y classe :

- les parlers germaniques modernes de Lorraine, du Luxembourg et de Hesse, rattachés au sous-groupe moyen-allemand . Ces parlers modernes sont le francique mosellan, le francique rhénan, le luxembourgeois (encore appelé francique luxembourgeois).

- le francique méridional ou francique rhénan méridional, (en allemand Süd-Rheinfränkisch) de la région de Karlsruhe et le francique oriental (en allemand Ostfränkisch) de Franconie, rattachés au sous-groupe allemand supérieur.

Si un certain nombre de langues ou dialectes modernes dits franciques appartiennent au groupe haut-allemand, c'est parce que ces dialectes ont subi totalement ou partiellement les mêmes types de modification qu'en Franconie l'ex Francie orientale, ou France orientale appelée Frankenland ou Franken en allemand. De là provient l'adjectif fränkisch, dont francique est la traduction en français.

Aujourd'hui langue régionale de France 

En France, le francique de Lorraine ou francique lorrain, encore appelé fréquemment platt désigne globalement les trois formes linguistiques du moyen-allemand présent en Lorraine :

* francique rhénan (usité également en Alsace bossue)

* francique mosellan

* francique luxembourgeois

* Outre ces trois topolectes présents en Lorraine thioise, on note dans l'extrême-nord alsacien (autour de Wissembourg), la prégnance du francique méridional. Contrairement aux parlers lorrains, le francique méridional fait comme l'alémanique alsacien partie de l'allemand supérieur.

Signification linguistique du mot francique 

Les adjectifs bas et haut (dans bas-francique, haut-allemand, etc) sont conventionnellement utilisés pour désigner, respectivement, les zones linguistiques du Nord (bas) et Sud (haut) ou Très au Sud (supérieur).

On peut distinguer trois grandes catégories de francique

Bas francique 

Les dialectes bas-franciques sont rattachés au groupe bas-allemand. Le néerlandais est issu de ce groupe.

Moyen francique et francique rhénan 

Le moyen-francique est rattaché au sous-groupe moyen-allemand lui-même partie du groupe haut-allemand. Le moyen-francique puis le francique rhénan couvrent l'ouest du moyen-allemand tandis qu'à l'est on trouve par exemple le thuringien et le saxon.

Le moyen-francique se subdivise du Nord au Sud et d'Ouest en Est en :

* moyen-francique

francique ripuaire parlé dans la région de Cologne en Allemagne

francique luxembourgeois parlé au Luxembourg (mais aussi Belgique, France)

francique mosellan parlé en France (Moselle) et en Allemagne (Rhénanie-Palatinat et Sarre)

* francique rhénan

francique rhénan de Lorraine 

francique rhénan palatin en Allemagne (Rhénanie-Palatinat et Sarre)

francique rhénan de Hesse ou hessois

Il est à noter que certains auteurs considèrent que le francique rhénan de lorraine est un francique rhénan palatin, d'autres excluent le hessois des franciques rhénans.

Le francique rhénan, le francique mosellan et le francique luxembourgeois sont parlés en Lorraine et constituent le francique lorrain, encore appelé platt

L'écriture du francique de Lorraine a été harmonisée par le Geripa (groupe de recherche de l'université de Haute Alsace), le francique luxembourgeois utilise la graphie officielle du Grand-Duché de Luxembourg.

Haut francique 

Le haut-francique est rattaché au sous-groupe allemand supérieur du haut-allemand. Le haut-francique couvre le nord de l'allemand supérieur tandis qu'à l'est on trouve par exemple le thuringien et le saxon.

Le haut-francique se subdivise du nord au sud en:

* francique oriental (Ostfränkisch) parlé en Franconie, région du nord de la Bavière.

* francique méridional (Südfränkisch) parfois nommé francique rhénan méridional (Südrheinfränkisch) est parlé dans la région de Karlsruhe, autour d'Heidelberg ainsi que dans le Septentrion alsacien.

Géographie du francique 

En Allemagne 

* Le francique colognais (Kölsch) qui est parlé dans la région de Cologne et dans les Cantons de l'Est (francique ripuaire)

* Le francique hessois (Hessisch) qui est parlé en Hesse (francique rhénan).

* Le francique palatin (Pälzisch, en allemand Pfälzisch) qui est parlé dans le Palatinat (francique rhénan).

* Le sarrois se subdivisant en francique mosellan de Sarre et francique rhénan de Sarre

* Le francique de Franconie (du nord de la Bavière) se rattache linguistiquement au francique oriental

* Le francique de la région de Karlsruhe se rattache linguistiquement au francique méridional

En Belgique 

* Le luxembourgeois, parlé dans la région d’Arlon (francique luxembourgeois).

* Le francique colognais (Kölsch) est également parlé en Belgique, dans les Cantons de l'Est(francique ripuaire).

En France 

Parlé dans le nord-est de la Lorraine, ainsi que dans le nord et l'ouest de l'Alsace, le francique est considéré comme une des langues régionales de France et l'une des deux langues régionales de Lorraine.

en Lorraine 

Le francique lorrain ne doit pas être confondu avec le « roman » de Lorraine qui est comme son nom l'indique un dialecte roman, ni avec l'alsacien dialecte alémanique (parlé dans la plus grande partie de l'Alsace) ou avec l'allemand standard (considéré comme la norme écrite de référence par une partie de ceux qui parlent le francique).

Il est parlé par près de 350 000 personnes dans le département de la Moselle et se prolonge : au Luxembourg, dans certaines régions limitrophes en Allemagne, en Belgique et en Alsace.

Trois formes de francique sont parlées en Lorraine, ce sont d'ouest en est :

* le francique luxembourgeois de Lorraine du pays thionvillois): qui est du luxembourgeois, Lëtzebuergesch) aussi parlé au Luxembourg et en Belgique (dans le pays d'Arlon). Certaines classifications rattachent encore le luxembourgeois au francique mosellan.

* le francique mosellan de Lorraine (Moselfränkisch) parlé dans le pays de Nied, vers Boulay-Moselle, mais également en Allemagne (le long de la Moselle)

* le francique rhénan de Lorraine (Rheinfränkisch) parlé en France, dans le bassin houiller lorrain (à Forbach), la vallée de la Sarre et le Pays de Bitche, ainsi que le pays de Sarrebourg (se prolongeant aussi en Alsace de l'Ouest (Sarre-Union et vers la Sarre et le Palatinat)

En Lorraine, le francique est désigné en langage courant par les termes : Platt', Plattdeitsch, Lothringer Platt, Lothringer Plattdeitsch, Lothringer Déitsch, Fränkisch, Lothringisch, francique lorrain, lorrain francique.

Le francique lorrain dans ses différentes variantes ne constitue pas une branche spécifique du francique sur le plan linguistique puisqu'il se subdivise en plusieurs variantes également parlées ailleurs qu’en Lorraine. De nos jours il a tendance à être mélangé dans l'expression courante avec de nombreux mots empruntés au français, les locuteurs pratiquant fréquemment le codeswitching.

Le « platt » est le terme le plus utilisé actuellement (2004) par les Lorrains pour désigner le francique lorrain. Il est attesté notamment dans la presse locale et dans l'édition, mais ne figure pas dans les dictionnaires français.

en Alsace 

* Le francique rhénan est parlé en Alsace Bossue (région de Sarre-Union: sur le versant Ouest des Vosges du Nord cette partie de l'Alsace se trouve rattachée à la même aire linguistique que la Lorraine voisine.

* Dans le Septentrion alsacien, plusieurs villages ainsi que la commune de Wissembourg usent traditionnellement de parlers franciques méridionaux. Quoique rattaché à l'allemand supérieur, ce petit espace s'avère transitionnel car hybridé à ses limites avec l'alémanique bas-rhinois (façade méridionale) ou avec les dialectes moyen-allemands du francique rhénan lorrain (façade occidentale).

Au Luxembourg 

Le luxembourgeois (ou francique luxembourgeois) est l'une des langues officielles du Grand-Duché de Luxembourg, au même titre que le français et l'allemand.

Ailleurs

En Europe le francique est pratiqué dans le Banat : région située aux confins de la Hongrie, de la Roumanie et de la Serbie où vivent les descendants d’immigrés allemands et lorrains.

En Amérique le francique est pratiqué aux États-Unis chez les Amish (dans l'état de Pennsylvanie) francique et français 

Voici quelques mots que le français a emprunté à l'ancien francique, la langue des Francs.

* éperon < *sporo (ancien francique, cf. l'allemand Sporn)

* hêtre < *haistr (ancien francique)

* fauteuil < faldistôl (francique, cf. l'allemand falten « plier » et Stuhl « chaise »)

* jardin < *gart ou gardo (ancien francique, cf. l'allemand Garten et l'anglais garden), « clôture », mais aussi « épine »…

* heaume < helm (francique casque, cf. l'anglais helmet et l'allemand Helm)

* marais < *marisk (ancien francique, cf. l'anglais marsh et l'allemand Marsch(land) )

* marque (de marquer) & marche (frontière)< *marka (ancien francique, cf. l'anglais mark)

* rang < *hring « anneau, cercle, assemblée militaire » (ancien francique, cf. l'allemand Ring)

* harangue < *harihring littéralement « troupe, armée (hari) & assemblée (hring)»

* trêve < *treuwa « contrat, convention » (ancien francique, cf. l'allemand Treue)

* haubert < halsberg littéralement « cou (hals) & protection (berg)»

* beffroi < bergfrid littéralement « veille, protection (berg) & paix (frid)»

* bleu < blao (cf. l'allemand blau)

Le francique du groupe "bas-allemand" moderne, le Néerlandais (et sa variante: le Flamand)ont aussi apporté des mots au Français. (liste non exhaustive; NL = mot moderne en Néerlandais.)

* abandonner (de bannjan = bannir) NL = bannen, verbannen

* astiquer (de steken = pousser, utiliser un bâton pointu, relaté à stakka) NL = poetsen (faire briller) mais aussi steken

* bâtir, bastille (de bast = écorse, écorse de bouleau en lamelle, ficelle, matériel de construction) NL = bast (écorse) bouwen (bâtir)

* bière (de bera) NL = bier

* blanc (de blinken = briller) NL = blink (cirage) blinken

* bleu (de blao) NL = blauw

* bordure (de boord = bord) NL = boord

* brun (de bruin) NL = bruin

* chic (de schikken = bien ranger, donc être valable) NL = schikken

* choc, choquer (de scoc, schok = secousse) NL = schok

* cresson (de kresso = plante signifiant nourriture) NL = waterkers

* dard (de darod = lance à jeter) NL = (mot disparu)

* détacher, attacher, tailler, étal (de stakka = pieu, bâton pointu) NL = stok

* écran (de scherm = protection) NL = scherm

* épieu, pieu (de speut = pointu) NL = spie

* épier (de spieden) NL = spieden

* escarmouche, escrime (de skirmjan = défence limitée) NL = schermen

* étale, étalage, étable (de stal = construction où l'on 'case' un animal) NL = stal

* fief (de fehu, vee = troupeau de bovins) NL = vee

* fouquet (de fulko = écureuil) NL = eekhoorn (de eik = chêne, donc qui mange des glands de chêne /en anglais: acorn)

* frais (de frisk, fris) Nl = fris

* framboise (de braam bes = mûre + baie) NL = framboos (mot réintroduit)

* fauteuil (de faldistôl = chaise stôl pliable faldi) NL = vouwstoel

* galop(er) (de walalaupan, wel lopen = bien courir) NL = gallopperen (mot réintroduit)

* gant (de want) NL = want

* garant (de warand, ware hand = vrai (et en) main) NL = garant (mot réintroduit)

* garçon (de wrakjo = diminutif de wraker = tueur, donc: petit guerrier ) NL = jongen

* garde, gardien (de warding, dérivé de wachten = attendre, observer, surveiller, se tenir prêt) NL = wachter

* gaspiller, gaspillage (de wostjan, woest = rendre sauvage , sauvage) NL = woest (sauvage) verspillen (gaspiller)

* grappe (de greip, greep, grip = prise par une main, poignée) NL = greep (d'une main), tros (de raisins)

* gris (de grîs, grau = brillant mais foncé) NL = grauw, grijs

* guerre (de werra, war = confusion) NL = oorlog (le mot war n'est qu'utilisé dans l'expression in de war = être confus)

* haïr (de hatjan) NL = haten

* hardi (de hard = dur, solide) NL = hard - le surnom de Charles, duc de Bourgogne, n'était pas "le téméraire" mais "le hardi"

* honnir (de haunjan) NL = honen

* jardin (de gaarden, dérivé de wachten (surveiller) = (plur.) les parcelles gardées, entourées d'une protection) NL = gaard, tuin

* landes (de land= terre sableuse) NL = land (pays)

* loge(r) (de laubja) NL = loge (mot disparu, mais réintroduit)

* marche(r) (de marka = frontière, marque, marquer d'un pas) NL = merk, marcheren (mot réintroduit)

* marque (de marka = signe, signe d'une délimitation, frontière) NL = merk

* marquis (de marka = région frontalière) NL = markgraaf (graaf = comte)

* maréchal (de marhskalk= gardien skalk des juments maren royales) NL = maarschalk (rang militaire), merrie (jument)

* randonnée (de rant, rand = coté) NL = rand, trek (le voyage)

* rang (de hring = chaînon, anneau) NL = rang (mot réintroduit) ring (anneau, route périférique)

* saisir (de sakjan = revendiquer) NL = zaken (affaires) verzaken (renoncer) * standard (de stand-hard = tenir debout fermement) NL = standard (mot réintroduit), stand, hard (dur)

* trot(ter) (de trotton = mouvement de haut en bas) NL = trotten

Les mots réintroduits diffèrent des originaux parce que leur signification est plus spécifique et limitée. L'origine purement francique de certains mots est parfois discutée. Elle pourrait être germanique, bien que la différence n'est pas grande. Néanmoins, le néerlandais moderne compte pas mal de mots originels qu'on ne retrouve pas en allemand. Pour le détail: on a compté plus de 750.000 mots dans la langue néerlandaise. Les nouveaux mots depuis 1920 ne sont pas inclus dans ce chiffre. Le néerlandais compterait plus de mots que l'anglais. Pourtant, le nombre mots d'origine étrangère est nettement plus limité qu'en anglais. Il est probable que les Francs avaient déjà une grande richesse de mots.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 
Voyage en Amérique Latine Publicité pour ton site et échange de bannières

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site