Landes et tourbières

Landes et tourbières

Avec leurs quelques 4100 ha de surface totale, les Hautes-Fagnes constituent la plus grande réserve naturelle de Belgique. Depuis 1992, tourbières et landes y sont fortement protégées. Dans de nombreuses descriptions, les impressionnantes étendues inhabitées du plateau sont présentées comme "la nature à l'état brut", "sauvage", "naturelle" ou "intacte". Mais les apparences sont trompeuses. Les paysages des Hautes-Fagnes ont en fait été considérablement modifiés par l'impact des activités ancestrales de l'homme.

C'est il y a environ 7500 ans, à la fin de la dernière glaciation, que la fagne commença à se former. Sur de vastes étendues, d'importantes couches de tourbe naquirent de la croissance permanente et de la décomposition partielle de végétaux, les sphaignes principalement. De la fagne originelle qui s'étendait au départ sur quelques 1000 ha, il ne reste aujourd'hui qu'une centaine d'hectares environ, largement marqués par la présence de l'homme.

Ces territoires résiduels, répartis en trois zones géographiques, sont eux aussi en danger. Ils sont d'une part menacés par la pollution de l'air, ensuite par la présence alentour d'anciens bassins qui leur enlèvent leur élixir de vie : l'eau. Ce n'est que depuis 1994 que l'on essaye, sur certaines zones pilotes, de redonner vie à une fagne moribonde.

Les palses constituent l'une des particularités géologiques des Hautes-Fagnes. Il s'agit de dépressions la plupart du temps circulaires datant de l'époque glacière et ayant plusieurs mètres de diamètre et de profondeur. C'est là que, très tôt déjà, les sphaignes ont pu s'installer et la tourbe peu à peu se développer. C'est là qu'on trouve, aujourd'hui, les tourbières les plus anciennes.

Les tourbières sont des milieux d'une grande valeur écologique, mais ne se trouvent pas uniquement dans les Hautes-Fagnes. Mais ce qui rend pourtant les Hautes-Fagnes uniques en leur genre, c’est la rencontre inattendue d'une variété botanique dans un contexte climatique rigoureux.

Au printemps,la canneberge et l'andromède venues du nord étendent sur la tourbière un tapis aux teintes d'un joli blanc-rosé. En juin, la narthécie, typique du climat Atlantique, habille la fagne de larges îlots de fleurs au jaune vif. Non seulement la lande, mais aussi les tourbières, que décorent les massifs de myrtilles, de myrtilles des loups et d'airelles sont des écosystèmes qui valent la peine d'être préservés et doivent à cette fin être entretenus.

Le tétras-lyre, malheureusement menacé de disparition, est l'un des habitants de la région. Ces baies sont pour lui une nourriture indispensable.

Les vastes étendues de molinie sont le résultat de l'assèchement et de la surexploitation de la région.

Ainsi, dès le Moyen Age, la fagne et les forêts furent les victimes de pratiques agro-pastorales (comme le pâturage). A l'époque prussienne, de vastes portions de ce territoire furent plantées de pessières (plantations d'épicéas). C'est ainsi que l'épicéa est à l'heure actuelle associé à l'image typique de la forêt fagnarde. D'autres surfaces furent utilisées comme pâturages par les agriculteurs, jusqu'au siècle dernier. C'est pourquoi, les buissons et arbustes restaient petits. Aujourd'hui, les mesures de protection du site ont mis un frein à l'enrésinement. En certains endroits, les pessières sont même arrachées. L'objectif est de préserver l'ouverture du paysage.

Le Parc Naturel tient d'ailleurs à votre disposition un large éventail de formules traitant de la lande, des tourbières et des mesures de protection de la nature.

 

Solwaster

La Statte

L'abondance des précipitations et l'intense humidité de l'air font du sol fagnard une précieuse réserve d'eau. Sur des roches et des argiles imperméables, les eaux stagnent en marécages de surface. Les tourbières, véritables éponges en retiennent d'énormes quantités.

Sur les crêtes au sol souvent plus perméable, l'eau s'infiltre, alimentant une importante nappe phréatique, puis les sources en aval. Cette eau est normalement restituée de manière régulière aux rivières nées au coeur des tourbières. De petits ruisseaux s'écoulent d'abord lentement sur le plateau. Puis, le plus souvent vers les 500 m d'altitude, la pente s'accentue brusquement, les vallées s'encaissent, les eaux quelquefois torrentielles cascadent alors avec force parmi les blocs rocheux.

C'est le cas, par exemple, du Bayehon, de la Hoëgne, de la Rur ou encore de la Helle... Trois bassins principaux naissent sur le plateau : ceux de la Vesdre (N-NO), de la Warche (S) et de la Rur (E-SE). Ils tissent avec leurs affluents une immense toile d'araignée qui a son centre au coeur de l'actuelle réserve naturelle. Tous trois achèveront leur course dans la Meuse.

Ces eaux, entre-temps récupérées par les principaux barrages de notre pays, auront alimenté des centaines de milliers de familles en eau potable et permis le fonctionnement de plusieurs centrales hydroélectrique.

Cependant, on constate aujourd'hui un dérèglement du débit des rivières fagnardes, surtout l'été. La surface des tourbières s'est considérablement restreinte depuis le début du XX ème siècle. Elles ont été sacrifiées à l'extraction de la tourbe et surtout aux plantations d'épicéas. Ceux-ci exigent en effet un drainage du sol de la fagne. L'eau s'écoule alors sans retenue par des fossés qui quadrillent le terrain. La nappe aquifère supérieure se vide, provoquant la mort des sphaines. La tourbe s'altère, se désagrège et est évacuée avec l'eau après chaque forte pluie ou dégel.

L'été venu, les réserves d'eau sont insuffisantes et les ruisseaux ne sont plus que de minces filets... Les besoins toujours croissants en eau, en énergie, ont fait édifier canalisations et barrages sur les rivières. Mais au printemps, en périodes de crue, il faut gaspiller le surplus de ces retenues artificielles. 

Les tourbières remplissaient au mieux cette fonction, garantissant débit et régularité. Leur mise en réserve naturelle a déjà le mérite de stabiliser la situation actuelle, ce n'est pas son moindre intérêt.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Voyage en Amérique Latine Publicité pour ton site et échange de bannières

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×