LE CHÂTEAU DE BURG REULAND SEIGNEURIE MEDIÉVALE DE REULAND

LE CHÂTEAU DE BURG REULAND

Parmi les ruines du château fort des Ardennes ceux de Reuland sont certainement les plus belles et les plus grandes.

Les visiteurs sont émerveillés par l‘immensité des ruines et leur implantation dans un cite merveilleux. Les ruines encore existantes représentent qu‘une partie du château de jadis. L’enceinte murale extérieure, qui enveloppait tout le château et se prolongeait jusque dans la vallée de l‘Ulf, a disparue.

A l‘intérieur des ruines se trouvait la demeure des seigneurs. A l‘emplacement actuel des ruines se trouvait déjà une fortification romaine. Les francs ont transformé cette fortification en château royal. Les rois d‘autrefois n’habitaient pas dans des résidences fixes, mais voyageaient entre leurs différents demeures et châteaux.

Charlemagne aussi a résidé momentanément dans le château à Reuland. Un comte habitait et gérait le château. Après la mort de Charlemagne le château et ses alentours devenaient propriété des comtes. lls étaient les seigneurs de toute la contrée, ils n‘avaient des comptes à rendre qu‘à l‘empereur.

En 882 le château a été détruit une première fois par les normands et en 961 par les hongrois sauvages.

Pour remédier à ses horreurs, des murs très larges et des tours très forts ont été reconstruits. Ainsi la grande tour appelée Bergfried sur le flanc ouest date du Xe siècle. La petite tour du coté nord est encore plus vieille. Ses fondations datent du temps des romains.

Le château était bien fortifié et ne connût plus d‘ennemis, il résista à toutes les guerres. On ne connaissait pas les canons dans ce temps là.

Une lignée bravoureuse habitait dans le château: les seigneurs et les comtes de Reuland. Ils ont participé à beaucoup d‘expéditions et ont recueilli des gloires immortelles.

Ils dominaient les pays des alentours et les comtes et ducs cherchaient leur amitié. Ils faisaient toujours partie de la suite d‘empereur.

Un seigneur Werner de Reuland qui vécut en 1193 fut un ami de l‘empereur Fréderic Barbarousse. Un autre Dietrich de Reuland participait à la 3éme croisade. A cause de sa bravoure on l‘appelait „le lion“.

Lors de la prise d‘Akkon il mourut au champ d‘honneur après avoir conduit les croisés à la victoire. Il continue à vivre dans des contes et chansons. Le dernier de cette glorieuse lignée Arnold von Reuland mourut vers 1309 sans enfants. Les comtes de Blankenheim héritaient le château et la seigneurie Reuland. Ces derniers ont vendu la propriété à Jean l‘Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohème.

Jean l‘Aveugle mourut sur le champ d‘honneur en 1346 à Crécy. Son successeur fut son fils Wenzel I, comte de Luxembourg et roi de Bohème, et mourut en 1383. Wenzel I fut très cruel et souvent accompagné de bourreaux. Son fils Wenzel II lui succéda comme seigneur de Reuland, comte de Luxembourg et roi de Bohème et empereur d‘Allemagne. II se fit rendre des hommages en 1384 au château de Reuland. En 1384 il instaurait Edmond d‘Engelsdorf comme vassal et fut en même temps grand argentier du duché de Luxembourg et des comtes de Chiny. Depuis ce temps le Seigneur de Reuland restait grand argentier de ces pays.

Suivant la légende les clefs du château de Reuland ouvraient les portes de la ville de Luxembourg.

En 1410, le seigneur Werner von Pallant se marie avec Alverade, la nièce d‘Emond et ainsi Reuland fut enrichi par cette lignée très célèbre. Plus de 200 ans régnait la génération Pallant à Reuland. Le dernier des Pallant, seigneur Balthasar, qui fut châtelain et seigneur à Alpen en basse Rhénanie, mourut en 1623. Son épouse Elisabeth von Mylendonk, châtelaine du Drachenfels et souveraine de Meidrich en basse Rhénanie, mourut déjà en 1614.

Les 2 derniers furent enterrés en l‘église de Reuland. De nos jours encore on peut y admirer le mausolée en marbre noir. Le comte Franz von Berghes, le mari de la nièce du seigneur Balthasar, fut le dernier héritier de Reuland.

En 1689, le roi Louis XIV envahit notre pays, qui appartenait à l‘Espagne. Les Français conquirent et incendièrent le château de Reuland.

Les Français furent chassés par les Autrichiens en 1714, qui restaient jusqu‘en 1797. Reuland appartenait à cette époque au comte Ferdinand von Berg. II mourut en 1736 sans enfants et Reuland retourne à Luxembourg qui instaura un gérant. Le dernier gérant s’appelait Johann Georg Franziskus Wolf. Entre-temps les Français connurent la grande révolution. Le château fut vendu en 1804 pour démolition.

La famille Mayeres de Reuland aquiera en 1830 les ruines et les propriétés y adhérentes. Actuellement les ruines sont sous la tutelle de l‘état belge. Le seigneur de Reuland possédait un château entouré de grands fossés, avec trois viviers et une bergerie. Beaucoup de prairies, des champs, des jardins et remises entouraient le château.

Une chapelle dédiée à Notre Dame appartenait au seigneur de Reuland. Toute la juridiction sur Reuland et environs et partiellement sur la seigneurie de Thommen lui appartenait, il nommait le juge et les sept échevins, il avait aussi le droit d‘instaurer un fief spécial.

II possédait le droit de pêche et de chasse.

Les moulins de Reuland, de Dürler, de Thommen, de Crombach et d‘Ourthe lui appartenaient également.Image hébergée par servimg.com Les vassaux du seigneur de Reuland devaient recevoir leur fief à Reuland à chaque changement du seigneur où à la mort d‘un vassal il fallait renouveller le fief.

Dans le premier cas, le vassal rentrait une pièce d‘or où d’argent, pas trop petite ni trop grande, si le vassal mourait, les héritiers payaient 26 Schilling au seigneur. Un grand nombre de villageois étaient astreints aux corvées. Le seigneur de Reuland était grand argentier du duché de Luxembourg et du comte de Chiny. II possédait le protectorat des paroisses de Reuland, de Thommen, Besslingen, Lommersweiler et Limerlé.

Les ruines sont constituées d‘un grand corps de bâtiments de 65 m sur 55 m environ de côté et dominent le village de Burg Reuland. De trois côtés, de puissants murs avaient été érigés. Au nord, un grand fossé artificiel, maintenant comblé, en interdisait l‘approche. Au sud se trouve la haute et puissante tour,

Image hébergée par servimg.com

 

probablement une des plus vieilles parties du château (14ième siècle) appelée „Bergfried“.

Du côté nord-ouest se trouve une magnifique tour à coins arrondis. Les 3 côtés non défendus par le fosse étaient garnis de bastions semi-circulaires. Le bastion ouest dépasse largement l‘alignement des autres ouvrages. Du fait que le faîte de ce bastion est orné des armoiries des „von Pallant“ avec la date 1604, il est à présumer que cette partie du château fut agrandie à cette époque.Ce texte est téléchargeable sur le site: www.eastbelgium.com/reuland-ouren

  Image hébergée par servimg.com La découverte du manuscrit traitant de la seigneurie de Reuland et, surtout, le remarquable dessin du château et de ses dépendances qui y est inséré constitue un témoignage d’une qualité exceptionnelle. Ils complètent utilement les données issues des fouilles archéologiques que le SOS Fouilles (Communauté française) et le Service de l’Archéologie en province de Liège (Ministère de la Région wallonne) ont entreprises, entre 1988 et 1993.

Jusqu’en 1998, le château se présentait sous la forme d’un grand espace vide ceinturé de murailles et de plusieurs tours qui avaient heureusement échappé à la destruction par les troupes françaises (1794) et à la lente désagrégation qui s’ensuivit. Grâce aux recherches archéologiques, des indications précieuses relatives aux premières phases d’occupation (10e – 13e siècles) de l’éperon ont pu être sauvées. Plusieurs sépultures en pleine terre, dont les plus anciennes datent du début du 11e siècle, indiquent la présence d’un lieu de culte : s’agirait-il de la chapelle Saint-Martin que nous pouvons enfin situer, grâce au dessin, dans l’angle sud-est de la cour ?

Cette partie de la cour n’ayant pu être investiguée, nous ne pouvons affirmer aujourd’hui que ce sanctuaire fut érigé en même temps que le donjon carré, symbole du pouvoir féodal des Seigneurs de Reuland cités dans les sources écrites à partir de 1148.

Les fouilles permettent aussi de retracer l’évolution des remparts qui délimitaient d’abord un périmètre nettement plus restreint. C’est seulement vers le milieu du 14e siècle que les murailles et le Bergfried encore visibles aujourd’hui sont érigés ; deux ailes d’habitation viennent alors s’accoler aux enceintes. Comme la lignée de Reuland s’est éteinte en 1313, ces travaux importants doivent être attribués à Jean l’Aveugle, roi de Bohême et comte de Luxembourg, qui achète la seigneurie en 1322 afin de fortifier la frontière orientale de son comté, face au puissant archevêché de Trèves.

Image hébergée par servimg.comImage hébergée par servimg.com Les témoins des phases postérieures sont moins bien préservés puisque, lors de la démolition du château, les bâtiments ont été arasés jusqu’au niveau des fondations, que le sol de la cour fut nivelé, et que les liens stratigraphiques entre ces vestiges furent ainsi largement détruits. Or, certaines des questions soulevées à l’issue des fouilles archéologiques sont aujourd’hui élucidées grâce au dessin que fournit le manuscrit : la valeur emblématique du donjon carré comme siège premier de la seigneurie de Reuland conduit à son maintien et son incorporation dans le vaste château fort du 14e siècle ; la grande salle située dans l’angle sud-est de la cour a dû être érigée entre 1593 et 1604 (en englobant la chapelle Saint-Martin ?) et, contrairement aux thèses antérieures, l’entrée principale se plaçait du côté méridional.

Mais, à son tour, le dessin donne matière à réflexion et entraîne deux hypothèses : a-t-il été réalisé de visu ou a-t-il été tracé de mémoire, rendant compte d’un état fait, sans nécessairement respecter fidèlement tous les détails réels ? La précision du dessin favorise la première hypothèse, mais certaines incohérences avec les vestiges découverts plaideraient plutôt pour la seconde. En effet, comment expliquer la taille du donjon carré, nettement plus importante que les fondations découvertes ? Comment associer l’aile d’habitation dans laquelle il s’intègre à une des phases dégagées lors des fouilles ? Quelle largeur attribuer à l’aile septentrionale qui apparaît sur le dessin ? Comment le décalage de niveau entre l’entrée méridionale et la cour intérieure a-t-il été compensé ?

Image hébergée par servimg.com Ces nouveaux éléments impliquent que les études historique et archéologique soient poursuivies. Elles permettront de valoriser au mieux le château de Reuland qui peut certainement être considéré, d’ores et déjà, comme un patrimoine majeur et un site de référence.

SEIGNEURIE MEDIÉVALE DE REULAND

ORDRE ET SUCCESSION DES SEIGNEURS DE REULAND

Image hébergée par servimg.com

3 votes. Moyenne 4.33 sur 5.

Commentaires (3)

1. Deplus Christophe 14/09/2013

Bonjour, je souhaiterais savoir si le chateau de Brg Ruland fait encore des fouilles et si vous avez besoin de bénévoles.
En vous remerciant.

2. Deplus Christophe 14/09/2013

Bonjour, je souhaiterais savoir si le chateau de Brg Ruland fait encore des fouilles et si vous avez besoin de bénévoles.
En vous remerciant.

3. Simon Marianne 21/02/2010






Madame, Monsieur



Je vous invite à consulter le site senior-belgique.be et vous remarquerez très rapidement qu’il s’agit d’un portail qui répond à toutes les questions que peut se poser la population senior en Belgique. C’est en somme un outil précieux de référencement et d’information.

Dans ce contexte, je me permets de vous solliciter une entrevue. Un référencement sur notre site serait toujours profitable et dynamiserait encore davantage le flux sur le votre par le biais d’un lien. On pourrait également convenir d’un partenariat, une collaboration….

La promotion du site est assurée par nos nombreux partenaires, Eurastar, Yves Rocher, Olivier Dachkin, CenterParcs, la Redoute, Matelpro, Grottes de Han … mais aussi par des newsletters envoyées aux membres qui s’inscrivent plus nombreux de jour en jour, par des jeux concours mensuels avec à la clé un week-end bien être, un repas dans un excellent restaurant, etc… et également par un bon référencement via quelques mots clés sur Google.

La fréquentation hebdomadaire du site se chiffre à plus ou moins 2500 visiteurs et 18000 membres qui reçoivent chaque semaine un newsletter.

A l’heure actuelle, nous avons introduit une petite base de données dont nous disposions mais elle doit être peaufinée. A vous bien sûr de vous détacher du lot par un article approprié et valorisant, des photos exhaustives, le descriptif des services à la clientèle,….

A vous lire ou entendre prochainement.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.





Simon Marianne
Consultant
GSM: +32(0)476 35 03 89
Tel/Fax: +32(0)19 56 70 48
E-mail:ms@senior-belgique.be
Clos du Vieux Moulin, 2/29
B-4300 Waremme
www.senior-belgique.be

Ajouter un commentaire
Voyage en Amérique Latine Publicité pour ton site et échange de bannières

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×