Château de Vieljaren

APPELLATION Château de Vieljaren

LOCALITÉ 4852 Hombourg (Plombières)

FAMILLE D'ORIGINE Inconnue

ÉDIFICATION Dès le XIVe siècle, sous les Ghoor

STYLE Maison forte

ARCHITECTE 

OCCUPANTS ACTUELS Famille Wolter-Rothman

AFFECTATION Résidence privée

PROTECTION Bien classé le 30 mars 1987

Vieljaren n’a plus à se défendre, sauf contre le temps.Vieljaren n’a plus à se défendre, sauf contre le temps.

Jadis, le manoir de Vieljaren ou Veltjaeren était entouré de deux fossés profonds et remplis d’eau. Un seul subsiste de nos jours, l’autre est devenu une sorte de marécage. Vieljaren est placé dans un creux, entouré de collines usées par l’âge, dont l’une sert de sanctuaire somptueux aux soldats américains tombés en 1944 lors de l’offensive von Rundstedt. Là, l’endroit est sublime et la vue offre près de 300° de perspective. Au château, par contre, l’horizon est limité. Nous sommes dans l’ancien duché de Limbourg. La maison est une des mieux conservées de la région et elle n’est accessible que par un petit chemin descendant puis montant, caillouteux faute d’être sablonneux, malaisé. Modestes d’apparence, ses murs puissants n’ont presque rien perdu de leur masculinité. Seuls les besoins de modernité imposèrent le percement de nombreuses baies dans des murailles jusque-là aveugles, ou peu s’en faut.

Pont dormant

Le bâtiment se présente en U depuis le XIVe siècle, sans doute. Le corps de logis principal est précédé au sud par un pont dormant en moellons de grès (comme le reste de la demeure), à deux arches ogivales. Le dernier tronçon est constitué d’un plancher de bois et d’un garde-corps métallique.

On le devine, précédemment, on pénétrait dans le château par un pont-levis dont on voit encore les souvenirs dans la feuillure du tablier dudit pont mobile. L’élévation de la bâtisse est de trois niveaux sous la bâtière d’ardoises à croupes animée de trois lucarnes. Le premier sert de caves; il est percé de jours carrés. Le deuxième et le troisième, composés de trois travées chacun, bénéficient d’un peu de lumière grâce à des baies rectangulaires en pierre bleue. Les bases de la façade sud-ouest s’appuient sur plusieurs contreforts partiellement engloutis. Sur la façade nord-est, on perçoit de même trois niveaux dont deux pour la résidence des maîtres de maison. Ici, les six baies sont à croisée. À nouveau, le logis présente trois travées auxquelles il convient d’ajouter une travée de soutainement pour la terrasse. Du côté ouest, mis à part un couple de baies dont une à meneau, les murs sont aveugles.

Hypothèques, saisies et ventes

D’après Poswick, incontournable auteur des « Délices du Duché de Limbourg » (1952-1955), un précédent château fut incendié par le duc de Brabant en 1286. Il appartenait aux sires de Willoiren ou Willaer. Passé aux Argenteau, il arriva aux Schoonvorts et de là aux Ghoor dont les armes (trois cornets) ornent la façade sud. Les Ghoor étaient d’une branche cadette des comtes de Hornes. Henri de Ghoor (+ 1579) avait épousé Barbe de Vaudémont, de la maison ducale de Lorraine. Leur fils, orangiste, fut tué à la bataille de Gembloux le 31 janvier 1578. Vieljaren échut alors à l’une de ses soeurs, Françoise, épouse d’un Millendonck. Trois générations plus tard, les Millendonck, faits barons vers 1620, devinrent comtes, mais un peu à rebours car Louis-François, s’il fut le premier, fut surtout le dernier du nom. En 1663, voilà la maison dans les mains gourmandes de dame Marie-Agnès de Bautze de Clermont. L’acquéreuse ne parvient pas à payer.

Le château sera saisi et revendu à Adam de Croonenberg, seigneur de Henri-Chapelle et de Ruyff. Hypothèques, saisies, ventes se succèdèrent pendant un siècle. Le bien aboutit alors à la comtesse de Bourcier de Montureux, née de Reul. Veuve, elle épousa son beau-frère, Lucien Breuls, à la mort de sa soeur Emma-Juliette. Il y eut une vente, publique cette fois, au début du XXe siècle. Le manoir passa chez les Jacob puis chez les Ernts, pour se retrouver, enfin, entre les mains de Madame Rothman.

On ne le visite pas. Les drôles de mines des chiens du fermier d’en face complètent efficacement le système défensif aquatique.

Image hébergée par servimg.comImage hébergée par servimg.comImage hébergée par servimg.com

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Voyage en Amérique Latine Publicité pour ton site et échange de bannières

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×